Accueil

block

Publication du Comité :

Jusqu'à une date récente, l'historiographie française ne s'est guère investie dans l'étude des transformations sociales et politiques des mondes agricoles dans la France du XXe siècle. Les mutations des sociétés rurales amorcées au XIXe siècle restaient un terrain d'investigation privilégié tandis que les sociologues et politistes s'emparaient de l'étude des transformations rapides après 1950.

L'entre-deux-guerres marque pourtant une étape décisive. Grâce à Georges Monnet et au gouvernement du Front populaire, l'Etat crée un premier outil de politique publique : l'Office national interprofessionnel du blé (ONIB).

Cette action répond à une crise des marchés agricoles durant les années trente, qui concerne aussi bien les céréales que le vin, la viande, le lait ou le sucre. Au-delà de la déstabilisation des prix à l'échelle mondiale, en France, on bascule d'une paysannerie composée de polyculteurs éleveurs à des groupes de producteurs érigés en acteurs économiques d'un marché national et international. Cette étape, traversée par les nombreux débats sur le corporatisme, se confronte à la difficile question du ravitaillement durant la Seconde Guerre mondiale. A la Libération, le maintien de l'Office montre l'intérêt de l'expérience, qui annonce certains choix lors de l'établissement de la politique agricole commune.

Publié avec le soutien de FranceAgriMer par ARMAND COLIN / Recherches, sous la direction d'Alain Chatriot, chargé de recherche au CNRS, CRH, Paris, d'Edgar Leblanc, Inspecteur général honoraire de l'agriculture et vice-président de l'Assication d'histoire des sociétés rurales et d'Edouard Lynch, Professeur à l'Université Lyon 2, Laboratoire d'études rurales.

Archives    Impression Impression
Original design by CANTICO - Nous contacter  -   Artwork Catherine Louche  -   Plan du Site  -   Connexion
Haut de page